Presse Ecrite

Publié le par Blogsarah

-"Un roman poignant et pudique. Un grand livre." Pierre Vavasseur, le Parisien du 23/8/2008

-"Devoir de mémoire", Le Jérusalem Post du 5/8 2008

-"Vendu à 120 000 exemplaires, traduit en 20 langues, en cours d'adaptation au cinéma, Elle s'appelait Sarah sort en livre de poche."
Emilie Grangeray, le Monde des Livres, 17 juillet 2008

-"Elle s'appelait Sarah" est un roman habité par le devoir de mémoire, d'une rare intensité," Delphine de Vigan, Standard, Juillet 2008

 -"Un superbe récit sur la culpabilité et le devoir de mémoire," Serena Robin, La Vie, 24 Juillet 2008

-"Récit à double entrée qui donne une force et un relief singuliers à ce roman consacré à l'histoire d'une famille juive prise dans la rafle du Vel d'Hiv. Une approche psychologique intéressante et réaliste." Mémoire Vivante, novembre 2007

-"Tatiana de Rosnay réussit son pari : ne pas faire oeuvre d'historienne puisqu'elle est romancière, mais grâce à des recherches indispensables faire ressurgir l'histoire et la mêler à la fiction." Christine Guimonnet, Historiens & Géographes, novembre 2007

-"L'émouvant "Elle s'appelait Sarah" de Tatiana de Rosnay, va devenir un film, adapté par Serge Joncour. Gilles Paquet-Brenner devrait le réaliser."
Marie France, décembre 2007

-"L'histoire, racontée avec simplicité, est poignante et captivante. " Michel Paquot, Vers l'Avenir, août 2007

-"Elle s'appelait Sarah remporte un franc succès et Tatiana de Rosnay va se rendre dans 18 pays pour y rencontrer ses lecteurs." Le Courrier des Yvelines, 4 juillet 2007

  -"D'une écriture simple et nerveuse, le roman a de quoi toucher chacun et interroger un public vaste. Et populaire. Le livre pourrait donner lieu prochainement au tournage d'un film." Monique Verdussen, La Libre Belgique, juin 2007

-"C'est lire des mots intenses, une histoire qu'on n'oublie pas." Atmosphères, Juillet 2007

-" Parti pour être publié en 18 langues, et adapté au cinéma par Serge Joncour et Gilles Paquet-Brenner, ce livre n'a pas fini de faire parler de lui."Le Télégramme (Bretagne) Vendredi 22 juin 2007  

-"Tatiana de Rosnay entremêle deux destins pour réussir un roman sensible et captivant." La Tribune, 15 juin 2007

-"Coup de coeur : succès innattendu de ce printemps, ce roman revient sur une periode difficile de notre histoire à travers le destin d'une petite fille." Brigitte Kernel, Femme Actuelle, 18 juin 2007

-"Ce roman fort s'est classé dans toutes les listes des best-sellers en moins d'un mois et son adaptation au cinéma est déjà prévue."  Sud Ouest, 4 juin 2007 

  -"Succès mérité pour ce magnifique roman de Tatiana de Rosnay" Ciné Télé Revue, Stéphane Cool, mai 2007

  -"En replongeant au cœur de la tragédie du Vél d’Hiv, Tatiana de Rosnay réalise un roman poignant, au souffle aussi inouï qu’inoubliable,"  Hannah E, La revue Juive, Mai 2007.

-"En remuant le passé, Tatiana  de Rosnay procure de mémorables frissons d’émotions." Kerenn Elkaïm,  Weekend Le Vif, mai 2007 (Belgique)

-"Elle s'appelait Sarah" (éd. Héloise d'Ormesson) est devenu un best-seller, le cinéma français en a acheté les droits et l'Allemagne prepare une adapation théâtrale." Felicity Porter, La Voix du Luxembourg, 8 mai 2007

-"Un roman fort qui vous entraîne dans le calvaire des familles juives lors de la rafle du Vel’d’Hiv de 1942." L'Express Mu, 20 mai 2007 

-"Et actuellement, le livre de Tatiana de Rosnay, Elle s'appelait Sarah, marche très bien, nous en sommes à 30 000 exemplaires vendus, et à vingt quatre cessions de droit  à l'etranger, plus une adaptation au cinéma." Heloïse d'Ormesson, interview dans Livres Hebdo du 18 mai 2007

-"Un roman captivant et bouleversant qui nous plonge au coeur d'un évenement honteux de l'histoire de France : la rafle du Vel d'Hiv", Marina Sauvage, Fnac de Nancy, Poly, mai 2007

-Un roman courageux," Le Journal du Centre, 12 mai 2007

-"Un livre prenant et plein d'emotion," Le Bien Public, J.Remy, 3 mai 2007

-"Epoustouflant." Rebecca Assoun, Tribune Juive, Mai 2007

-"Elle s'appelait Sarah revient avec force sur cette événement inscrit dans la tragédie de la Shoah sans que le romanesque n'édulcore les faits historiques." Frédérique Bréhaut, La Maine Libre, 24 avril 2007.

-"Un roman à supense qu'on achève les larmes aux yeux, " Elisabeth Barillé, Atmosphères, mai 2007

-"Un neuvième roman très émouvant, une plongée dans une page sombre de l'histoire française." Ouest France, 24 avril 2007

-"Son meilleur livre. " Emmanuelle de Boysson, Marie-Claire, Mai 2007

- "Chargé en émotion mais facile à lire, contemporain et historique, ce roman plaira aux jeunes lecteurs en leur faisant découvrir cette page sombre de notre histoire, comme aux plus âgés en leur rappelant des évènements que l'on a tôt fait d'essayer d'oublier une fois la paix signée." S. Morelli , Lille Sortir

-"Le "devoir de mémoire" touche plus que jamais un large public" Jacques Pessis Le Figaro du samedi 7 avril 2007

-"Sans prétendre à un travail d'historien, Tatiana de Rosnay décrit avec une justesse poignante la détention, la peur et l'incompréhension de ces familles juives. Au delà de l'histoire de Sarah, le lecteur s'attache à cette journaliste déterminée à accomplir son devoir de mémoire. Bouleversant." Isabelle Courty, Le Figaro Magazine du 7 avril 2007

-"Un roman à suspense palpitant qui, depuis sa sortie le 1er mars, se vend comme des petits pains, dont les droits ont déjà été cédés à 16 pays, et qui devrait bientot faire l'objet d'une adaptation au cinéma." Agathe Fourgnaud, Le Point du  5 avril 2007

-"La Franco-Britannique Tatiana de Rosnay  a construit un scénario qui tient la route, jonglant habilement avec les époques."  Marianne Payot, L'Express du 5 avril 2007

-"Cette fiction émouvante sert l'histoire et le devoir de mémoire." Isabelle Marchand, le Pélerin, 5 avril 2007

"Un hommage poignant aux enfants qui ne sont jamais revenus des camps. " le Monde des Ados, 4 avril 2007

-"Tatiana de Rosnay parvient, avec beaucoup de talent, à mener en parallèle l'histoire de Julia et celle de Sarah ; elles finissent par s'imbriquer. Un roman utile et bouleversant. " Force Ouvrière, 28 mars 2007

-"Un roman courageux et sensible en hommage aux Justes, ces hommes et femmes qui s'opposèrent à la barbarie". Coup de coeur du mois d'avril, Vivre Plus.

-"Un livre poignant et magnifique. Quinze pays ont déjà acheté les droits de cette oeuvre forte qui restera dans nos memoires. Elle s'appelait Sarah le mérite, c'est une formidable leçon de vie. " Femina Hebdo/JDD du 26 mars 2007

-"Pour ce roman poignant qu'elle a porté durant cinq ans, Tatiana de Rosnay a eu du mal à trouver un éditeur. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Héloïse d'Ormesson qui l'a vendu à une quinzaine de pays, l'a fait traduire et le publie aujourd'hui en France où il rencontre un énorme succès." Pascale Frey, ELLE du 26 mars 2007.

-"Elle s'appelait Sarah  visite une page sombre de l'histoire de France occupée. Malgré l'horreur, l'émotion surgit entre les lignes." P. Frey, Femina Hebdo Suisse, 25 mars 2007.

-"A retenir : A peine publié, déjà vendu dans une quinzaine de pays, Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay que publient les éditions Héloïse d'Ormesson, connait un destin singulier. De l'Allemagne aux Etats Unis, il a été retenu par les plus grandes maisons. Un texte bouleversant." Michel Wagner, L'Est Républicain du 14 mars 2007

-Article de Valérie McGarry dans Figaro Madame du 17 mars 2007

-Un roman très fort, efficace et bouleversant." Véronique Bruneau, Page, mars 2007

-"Un vibrant plaidoyer pour l'imperieux devoir de mémoire," Jean-Remi Barland, La Voix du Luxembourg, 15 mars 2007

-"Un livre indispensable," David Foenkinos, Muteen, avril 2007

-" Elle s'appelait Sarah, sans doute par la force de son sujet, est une lecture bouleversante, qui atteint son but: faire en sorte que nous n'oublions jamais." Critique de Florence Meney, Radio Canada, 14 mars 2007

-"Ce livre ne laissera pas le lecteur indifférent, il le dévorera de l’intérieur pour le bousculer dans ses habitudes, Sarah lui apparaîtra souvent, tout au long de la lecture et en fin de route, il n’aura qu’une envie c’est d’aller se recueillir au Vel d’Hiv." Chronique de Nathalie Zylberman Vallée F.M 96.6 Émission Beth-El Vallée

   - "Céline Fillot conseille depuis deux ans les clients de la librairie d'Epinay-sur-Orge (91). Ce qu'elle vend : « Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay (Ed. Héloïse d'Ormesson). Cette histoire d'une petite fille juive victime de la rafle du Vel' d'Hiv' le 16 juillet 1942 intéresse tous les publics. "Le Parisien, mardi 13 mars 2007, le Coin du Libraire.

  -"La découverte d'un lourd secret de famille : Voilà le genre de livres que l'on ouvre avec une curiosité un peu désinvolte, et que finalement on ne lâche plus." Isabelle de Montvert-Chaussy, Sud Ouest Magazine, dimanche 11 mars 2007


-"Un roman a la fois historique et policier à lire d'urgence." Ariane Bois,  Avantages, avril 2007

-"Le roman du Vel d'Hiv. Plusieurs passages du récit sont littéralement déchirants." France Cavaillié. Télé 7 Jours du 17 mars 2007.

-Article dans le Magazine VIRGIN  du 28 fevrier : "Incontournable. Sur le douloureux chemin de la mémoire, Julia rencontre le destin de la petite Sarah. Poignant."

-"En ouvrant l'une des pages les plus sombres de l'histoire française, la journaliste écrivain livre un ouvrage fort et poignant." Actualité Juive "Le Livre de la semaine", 5 mars 2007  

  -Elle s'appelait Sarah braque les projecteurs sur la sombre journée du 16 juillet 1942. Le devoir de mémoire se double d'un roman poignant dans lequel ne sont pas oubliés les personnages et s'accompagne d'une subtile analyse des liens que nous tissons avec notre histoire." Hubert Prolongeau, Première, mars 2007.

-"Le developpement de cette enquête devient malheureusement trop romanesque pour un sujet qui ne l'est pas. Mais le livre, tendu et poignant, remplit un devoir de memoire et mérite d'être lu." Télé Z du 5 mars 2007.

- "Pour son neuvième livre intitulé Elle s’appelait Sarah, la journaliste romancière Tatiana de Rosnay s’est plongée dans l’histoire de la Rafle du Vél’ d’Hiv’. Quand la fiction sert au réveil des consciences et à la survie de la mémoire."  Article de Virginie Guedj dans Actualité Juive du 2 mars 2007.

 -"C'est un excellent roman que ce neuvième ouvrage de Tatiana de Rosnay, écrit en anglais, sa langue maternelle. Il permet de revenir sur une page sombre de l'histoire française : la rafle du Vel d'Hiv; le 16 juillet 1942." Claire Lesegretain, La Croix du 1er mars 2007

-"Et si, dans ce roman bouleversant qui se lit d’une traite, Tatiana se confond autant avec Julia, ce n’est pas par coquetterie. Tatiana nous rappelle simplement à notre devoir de mémoire. Elle nous rappelle que nous sommes tous les enfants de Sarah." Céline Fillot, Le Républicain, 1er mars 2007.

-"Le destin poignant de cette petite fille est le sujet du roman de Tatiana de Rosnay. Sarah a-t-elle réussi à échapper à la mort ? Soixante ans après les faits, Julia, une jeune journaliste américaine, se pose la question." Vincent Meylan, Point de Vue, numéro du 28 février 2007.

  -"On sent notre collaboratrice bouleversée par son enquête sur cette periode honteuse de notre histoire. Elle a laissé parlé son emotion. Son roman est salutaire."  Hélène Mathieu, Psychologies Magazine Mars 2007.

-"Son roman est à la fois émouvant et authenthique. Le plus fort et le plus poignant de tous ses livres.  Il s'agit d'un véritable roman, et pas d'un livre d'histoire romancée. Le talent de l'auteur est d'avoir su bâtir une histoire crédible avec des personnages bien campés et réalistes." Pierre Lurçat, Vision d'Israël, fevrier 2007 

-"Elle s'appelait Sarah n'est pas un roman historique, même s'il s'agit bien d'un hommage à tous les enfants du Vel d'Hiv, à ceux qui ne sont jamais revenus et aux rares qui ont survécu. Tatiana de Rosnay traite de la mémoire et de la perte, de la culpabilité et du pardon, du passé et des vérités cachées. Les droits de ce livre ont été vendus dans quatorze pays. En le refermant, on comprend pourquoi." Emilie Grangeray, L'Officiel de la Mode, Mars 2007

 - "Les Editions Héloïse d'Ormesson ont eu un coup de coeur et ils ont su le transmettre : 15 pays ont déjà acheté les droits. Sarah le mérite. Notre mémoire aussi. " Anne Ducroq, Livres Hebdo du 16 février 2007

-"Pour Elle s'appelait Sarah, son premier roman ecrit en anglais, sa langue maternelle, (traduit par Agnès Michaux) Tatiana de Rosnay réussit une oeuvre forte qu'on n'oubliera pas de sitôt." Patrick Poivre d'Arvor, Marie-France, Mars 2007

Publié dans Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article