Un roman autour du Vel' d'Hiv', par Itshak Lurçat, "Vision d'Israël"

Publié le par Blogsarah

Tatiana de Rosnay, journaliste (Elle, Psychologies) et écrivain, a déjà publié huit romans, depuis son premier livre, L'appartement témoin, paru en 1992. Elle s'appelait Sarah, paru en mars dernier en France et dont les droits de traduction ont déjà été acquis par 14 pays, dont Israël, est sans doute le plus fort et le plus poignant de tous ses livres. Elle s'attaque à un thème difficile et passionnant, celui de la déportation des Juifs de France, et de la rafle du Vel' d'Hiv'
 

 Son livre est construit sur deux époques : il commence le 16 juillet 1942, quand la police française vient arrêter à leur domicile la famille de Sarah, petite fille juive parisienne âgée de dix ans. Le petit frère de Sarah, Michel, réussit à se cacher dans un placard, tandis que sa sœur part avec ses parents, emportant précieusement la clé et lui promettant de revenir très vite le chercher...

 Soixante ans plus tard, Julia Jarmond, journaliste travaillant à Paris pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel' d'Hiv'. Elle se plonge dans les recherches sur cette page sombre de l'histoire de France qu'elle ignore totalement, et découvre l'horreur de la déportation des familles et des enfants juifs. Son enquête va la conduire sur les traces de la petite Sarah, et lui faire découvrir un secret enfoui qui concerne sa propre belle-famille.

Le roman de Tatiana de Rosnay est habilement construit et écrit d'une plume alerte. Le thème du secret dans l'appartement apparaissait déjà dans son premier livre (L'appartement témoin, Fayard 1992), et elle avait déjà abordé la rafle du Vel' d'Hiv' dans son roman La mémoire des murs (Plon 2003). Elle m'a confié avoir ressenti la nécessité d'écrire plus longuement sur ce sujet, lorsqu'elle a commencé ses recherches.

8470ee7282ed60e057c562ac75d5c2b2.jpg

 

Je lui ai demandé s'il y avait une part d'autobiographie et si le personnage, très attachant, de la journaliste Julia Jarmond, ne lui ressemblait pas un peu. Tatiana de Rosnay s'en défend, et insiste sur le caractère totalement imaginaire des personnages, même si les faits historiques décrits sont bien réels, eux, hélas. Elle dit avoir écrit ce livre en hommage aux 4000 enfants juifs déportés qui ne sont jamais revenus.

Pour écrire ce livre, Tatiana s'est rendue sur les lieux du crime, c'est-à-dire à Drancy et à Beaune-la-Rolande. Son roman est à la fois émouvant et authentique dans sa relation des faits historiques. Le succès qu'il rencontre en France et à l'étranger, témoigne de l'intérêt non démenti des éditeurs pour le thème de la Shoah.

626ef61f4356f26c1a0cfdaf77b12d93.jpg

Mais il s'agit d'un véritable roman, et pas d'un livre d'histoire romancée. Le talent de l'auteur est précisément d'avoir su bâtir une histoire crédible, avec des personnages bien campés et très réalistes. Celui de Julia Jarmond, la journaliste, mais aussi celui de Bertrand, son mari, un peu macho et très représentatif d'une certaine France, qui essaie de convaincre sa femme de ne pas écrire sur le Vel' d'Hiv' et sur ces "vieilles histoires" qui n'intéressent plus personne...

Un autre thème central du livre, mis à part celui de la déportation, est celui de la relation conjugale et de l'effritement du couple, que Tatiana Rosnay décrit avec beaucoup de finesse psychologique. Elle nous fait partager les secrets de son héroïne (Julia) avec une grande pénétration, notamment à propos du thème de la maturité et du désir d'enfanter. La scène de l'avortement annulé au dernier moment est à mes yeux une des plus fortes du livre, qui ne manque pourtant pas de rebondissements et d'émotions.

Ayant lu d'un bout à l'autre ce livre sans m'arrêter, je n'ai pu m'empêcher de penser, en le refermant, qu'il y avait une ironie cruelle dans le fait qu'un nouvel Hitler menace aujourd'hui d'extermination l'Etat d'Israël, où vivent encore de nombreux rescapés de la Shoah. Tatiana de Rosnay qui n'est jamais venue en Israël, m'a dit vouloir s'y rendre depuis longtemps. Je suis certain que son livre trouvera ici de nombreux lecteurs, tant en hébreu qu'en français.

Elle s'appelait Sarah, de Tatiana de Rosnay. Editions Heloïse d'Ormesson, 2007.

Itshak Lurçat
Blog Vu de Jérusalem

article paru dans VISION D'ISRAEL

Publié dans Publications Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tynou 13/06/2008 19:51

MERCI!!!j'ai achetée ce livre par hasard à la librairie en allant acheter un timbre.je me suis retrouvée passionnée.trés beau roman, trés bien écrit ont s-y croirait...merci beaucoup car plus qu'un simple roman il ma cultivé avec l'histoire du vel d'hiv, histoire dont je n'ai pas entendu parler a l'école.merci beaucoup et je lirais vos roman précédent.continuez s'il vous plait à nous emporter.bonne continuation!

TR 19/06/2008 16:32


Merci Tynou ! cela me fait tres plaisir :)TR